Cours Forest, Cours ! (Ou comment j’ai commencé le running)

Le sport et moi, un désamour qui remonte loin.

Enfant asthmatique, j’ai été catalogué dans la rubrique des « dispensés à l’année » relégué au rang de « porteur de ballon », raillé parce que sur la gym je ne parvenais même pas à grimper la corde à nœuds pour cause de faiblesse musculaire.

Le running et moi.

Qui sont donc ces abruti(e)s qui éprouvent du plaisir à courir sans but comme ça quelque soit le temps qu’il fait ? Comment peut-on prendre du plaisir là dedans ?

Comment j’ai commencé le running.

C’est une soirée comme tant d’autres, un peu d’alcool, des discussions de filles qui parlent running, l’une cours depuis un moment, ma chérie viens de s’y mettre et y prend beaucoup de plaisir, une mauvaise vanne de ma part et là on me lance le défi de venir courir la RunInLyon en octobre avec elles.

Pour cause de 3,5g (et d’un peu de machisme), j’accepte de relever le défi, moi et mes 82Kg portés sur le ventre, moi et mes bonnes résolutions de remise en forme et de régime qui n’aboutissent jamais plus loin que 24h après l’avoir prise.

Nous sommes le 1er mai, le 2 je suis officiellement inscrit à la course.

Les premiers temps.

Le retour à la réalité, je pratique le Tennis depuis 2 ans pour limiter la prise de poids menée à la fois par mon métabolisme génétique, la 40ène et mes excès de bouffe mais jamais n’imagine pouvoir courir 10km un jour) Mais tant pis, je l’ai dit : je prendrais le départ.

Le mail d’inscription reçu, je décide donc de sortir courir pour la première fois, pas convaincu mais motivé « vas y je vais avaler 3 ou 4 km tranquille et on verra après pour monter en puissance, j’ai 5 mois pour me préparer ».

8mn29 et 1,27 kilomètre plus tard, je suis au bout de ma vie. J’aurais mis plus longtemps à me préparer, a prendre la voiture pour rallier un lieu de course qu’a courir. Putain l’angoisse, je suis un vieux sans souffle.

Le déclic.

C’est à ce moment là, dans la frustration que je comprend que j’ai vraiment déconné avec mon corps, je me visualise dans 10ans, vautré devant la télé avec une bière à la main en entonnant « le petit bonhomme en mousse » … non, c’est pas possible.

J’en discute autour de moi avec des gens qui courent et là on me conseille de me fixer un objectif puis de le faire progresser. Ce que je vais faire.

Puis ma chérie m’offre pour mon anniversaire une montre avec cardio, l’occasion de vraiment prendre les choses au sérieux.

Après plusieurs jours à marcher rapidement, j’ai pu commencer à courir un peu à une allure moyenne, loin des performances que je vois autour de moi mais les encouragements de tous et surtout ceux de ma chérie me poussent à continuer, pour une fois à ne pas lâcher.

La progression.

Une fois compris le concept du cardio, et particulièrement celui du travail en endurance fondamentale, j’ai pu progresser.

5 km le 05/06 (1 mois plus tard) puis mon premier 10km 20 jours plus tard.

Et à ce moment là, je commence à prendre du plaisir, cerise sur le gâteau, je perd progressivement du poids alors que je n’ai absolument pas engagé de régime.

De là, je commence à faire un peu plus attention à ce que je mange, à vrai dire j’ai beaucoup moins d’appétit, naturellement, après le sport on a pas faim.

Je commence à sortir 2 fois pas semaine, en plus du tennis, je prends du vrai plaisir.

Le bilan 5 mois plus tard.

8 kg de gras brulés, sans aucune frustration
10 ans de moins, physiquement.

Je comprends désormais ces abruti(e)s qui éprouvent du plaisir à courir sans but comme ça quelque soit le temps qu’il fait. J’en suis.

Et après ?

Parce qu’au départ c’était juste un défi.

Le 2 octobre, j’étais sur la ligne de départ de cette RunInLyon à l’origine de tout ce chamboulement sportif dans mon mode de vie, j’ai bouclé mes 10km, en 1:00:42. Pas peu fier du chemin parcouru.

Une seule envie aujourd’hui : continuer et viser le semi marathon en 2017. (et accessoirement un mud-day), continuer à perdre du poids pour me sentir mieux.

Pourquoi je partage ça avec vous ?

Parce que ce sport me fait revivre, m’as redonné le gout de faire attention a ce à quoi je ressemble, de me sentir mieux dans ma peau, peut être que cela vous donnera envie.

Parce qu’il me redonne espoir dans le genre humain, ce sport ou il n’y a pas de mauvais, il y a des bons qui se donnent la peine de se dépasser et des meilleurs qui sont toujours là pour les pousser.

Il n’y a pas vraiment de compétition entre les coureurs, la seule compétition menée est contre soi-même et l’entraide, les encouragements de ceux qui se savent beaucoup plus forts que toi mais qui respectent le fait que tu fasses l’effort d’être, c’est un état d’esprit qu’on ne trouve pas partout.

Nous avons la chance de partager cette addiction au running en couple, c’est un véritable plus, si vous courrez seul, essayez d’y mettre votre moitié, rien n’est perdu, il/elle pourrait se mettre à aimer ça.

Je voudrais remercier ma chérie, déjà parce qu’elle m’a fait découvrir une nouvelle facette de moi, capable de se surpasser dans un domaine qui ne lui est pas « évident », elle m’as soutenu et supporté comme elle le fait chaque jour. Mais aussi Anne-So pour ce défi à la con à l’origine de tout ça et tous les copains coureurs : Laurie, Séverine, Alexandre, Julien et tous les autres un peu moins proches mais qui tous, sans aucune exception, n’ont cessés de m’encourager sur mes performances qui étaient pourtant loin des leurs, de très loin même pour certain(e)s (cc Alex et Laurie), j’ai parfois pensé qu’ils avaient « pitié » de moi mais en fait non, il ont juste l’Esprit Running.

Et toi, quand est ce que tu essaies ?

Run Forest, Run !

 

 

 

Mel

Papa en apprentissage permanent au contact de mes deux petits monstres de 2 et 6 ans. J'ai des avis parfois tranchés mais tu peux essayer de m'en faire changer ;) 

  2 comments for “Cours Forest, Cours ! (Ou comment j’ai commencé le running)

  1. 6 octobre 2016 at 8 h 39 min

    Encore bravo monsieur pour ce défi accepté et LARGEMENT relevé !! Tu déchires !! Et je suis contente que toi (et ta femme) fasse partie de cette team qui est le running 😉 !!

    Hâte de voir la suite de tes exploits :p

  2. 5 octobre 2016 at 22 h 18 min

    :’)
    Bravo tout simplement.
    Ta volonté m’impressionne. C’est juste magique cette progression.
    A très vite sur de nouveau parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *