Le (bon) choix d’une école pour le CP

Période compliquée chez nous depuis quelques semaines, nous devons prendre une décision importante pour l’avenir de notre grand.

Il entre en CP l’année prochaine ! Me direz-vous, tous les enfants rentrent au CP un jour, oui, mais voilà :

– Il y a l’école dont nous dépendons actuellement (carte scolaire de merde), une école par laquelle nous n’avons jamais été vraiment convaincus parce qu’il y a des histoires, certains instits ne seraient pas de bons instits, bref, beaucoup de négatifs, un peu de positif, mais surtout, il y a une grosse partie des copains de grande section qui y va.
– Il y a le « milieu social », ça y est, je vous sens bondir sur votre chaise, c’est quoi cette remarque, bon OK, ce n’est pas le niveau social qui fait l’intelligence ou l’humanisme d’un enfant (heureusement), mais quand on vous dit que l’école ramasse tous les « cancres » de la ville, je voudrais savoir quel parent ne se pose pas la question. Avant tout, ne cherchons-nous pas le meilleur pour nos enfants ?
– Il y a le fait que nous allons déménager en fin d’année, du coup, nous dépendrons d’un autre secteur de la ville pour la rentrée de Maël en 2015, et il faudra courir matin midi et soir pour gérer les 2 écoles.
– Il y a la réforme des rythmes scolaires, contre laquelle nous sommes farouchement opposés dans sa forme actuelle.

Mais il y a les copains … et les copains, Noa y tient.

Seulement les copains en ce moment auraient tendance à le tirer vers le côté « c’est moi qui emmerde les autres » lui qui était si sage, si discipliné, si timide, OK il grandit quoi.

 

ecole

La semaine dernière, nous avons pris rendez-vous dans une école privée d’enseignement catholique (Je vous entends déjà : petit jésus mon cul et bla-bla-bla [poke Maman_Yuki et Papapanique) au moins pour avoir une idée de ce qu’ils proposaient, ces écoles sont près d’où nous allons habiter.

Veille de rendez-vous, nous avons presque failli l’annuler parce que bon, les copains c’est important et puis les enfants qui sortent de l’autre école ne sont pas tous mauvais, ce jour-là, Noa visite ce qui sera sa future école, il rentre content de sa visite c’était super bien. Nous allons avec lui au rendez-vous dans l’école privée. (Parce que oui, il n’a peut-être que 6 ans et même si la décision nous appartient il est important de connaitre son ressenti)

Nous sommes accueillis par le directeur, qui nous demande quelle est notre démarche, nous lui expliquons que notre enfant est inscrit au public à l’école x, qu’il y a peu de chance que nous changions d’avis, mais nous voulons savoir ce que propose son école.

S’en suit une discussion humainement très intéressante sur les valeurs importantes de l’école, le respect de l’autre, le vivre ensemble, le partage. Ce mec, quand il parle de son école, il fait rêver.

Il nous présente un projet éducatif commun aux classes, l’initiation aux langues vivantes faite par une intervenante anglaise parce que les instits ne sont pas qualifiés pour, des aides pour les enfants qui rencontrent des difficultés, bref une école ou l’on tire les gens vers le haut et pas que ceux pour qui ce sera facile.

L’école dispose d’un grand parc ou sont pratiqués les activités sportives dès qu’il fait beau, ils sont a 500m des installations sportives de la villes, activités prévues : basket, piscine…

Il a pris un temps monstre à nous expliquer comment fonctionnait l’enseignement et franchement, il est convainquant.

Nous avons également croisé les maîtresses de CP qui bien qu’il soit presque 18h n’ont pas l’air stressés du tout et prennent même le temps de venir se présenter et nous saluer, un état d’esprit quand même.

Puis la visite de l’école. Je dois admettre que c’est une école comme je les aime, point de formica, des pupitres à l’ancienne, des peintures qui sèchent pendu au plafond, une odeur d’authenticité qu’on ne retrouve pas partout, papa est conquis, mais reste septique, où est l’arnaque ? Maman se balade les larmes aux yeux (et ne s’y attendais pas) parce que cette école, elle y a fait sa scolarité, elle l’a maudit et jurait d’ailleurs que « le privé, jamais pour mes enfants, jamais » aujourd’hui je crois qu’elle a réalisé que c’était une chance d’avoir étudié dans ce cadre et que la rigueur qui y règne ne peut être pas un mal. Perso j’ai toujours été dans le public et c’était bien aussi.

Le côté « Catholique » est représenté par des préceptes de vie, le respect, la famille, l’entraide, le partage et par quelques cours de catéchèse, c’est facultatif, il y a d’ailleurs des enfants musulmans dans cette école parce que l’enseignement pour eux ce n’est pas une question de croyance, mais de justice et de donner à tous ceux qui le souhaite une chance de bien réussir dans la vie, cette ouverture d’esprit ne me déplait pas.

Il y a une chapelle dans l’école ou sont partagés les moments importants du calendrier : Noël, Pâques, … après tout ce sont des moments que nous fêtons en famille alors pourquoi pas.
Dans les autres critères qui finissent d’enfoncer le clou (hahaha) : semaine de 4 jours conservée et les enfants ne sortent pas tout seul, on peut aller les récupérer dans la cour (ce n’est pas le cas dans l’école publique ou il est inscrit), on demande aux parents de participer aux nombreuses activités, sorties, etc, on prête de l’importance à la famille.

La famille, c’est important, non ?

 

ecole2

Alors c’est sur, j’entends déjà les détracteurs dire que le public ce n’est pas moins bien. Je ne dirais pas le contraire 3 premières années dans une école ou les instits étaient sensationnelles, d’ailleurs tous les enfants sortent de cette école avec un niveau plutôt dans le haut des moyennes.
Nous avons des amis instits, dans le public qui sont des gens totalement investis dans leur métier et nous en sommes persuadé, de bons instits.

En l’occurrence c’est « cette » école publique qui nous pose dilemme, mais avec la carte scolaire, nous n’avons pas le choix : dans le public c’est celle çi.
Nous avons rendez-vous lundi avec la directrice , bien que je ne voulais pas entendre parler du privé, elle va devoir en faire beaucoup pour me rassurer, d’autant qu’en sortant de l’école privée Noa n’avait plus d’yeux que pour cette école, le cadre, la bibliothèque, les classes plus sympa « que les grands bureaux tout moches de l’autre ».

Une connaissance, directeur d’école, me disait hier : « le choix vous appartient, mais le choix que vous ferez aujourd’hui fera de lui la personne qu’il sera demain, faites le bon ».

C’est quoi le bon choix ? Nous sommes bien emmerdés !

 

Mel

Papa en apprentissage permanent au contact de mes deux petits monstres de 2 et 6 ans. J'ai des avis parfois tranchés mais tu peux essayer de m'en faire changer ;) 

  8 comments for “Le (bon) choix d’une école pour le CP

  1. 25 juin 2014 at 22 h 07 min

    Je suis d’accord pour dire qu’une école catholique, ce n’est pas forcément cul-cul la praline et que c’est ouvert à toutes les religions! J’ai fait mon primaire et mon lycée en public, mon collège en privé catholique, et les deux étaient bien mais le privé avait quand même le privilège de la rigueur. On était super surveillés, il fallait filer droit, et très épaulés aussi au moindre problème.
    S’il n’y a pas de problème économique (parce que c’est quand même la marque du privé…), je choisirais cette option, surtout si vous sentez bien l’école et que l’organisation est trop compliquée pour l’école publique.

    • Mel
      26 juin 2014 at 7 h 56 min

      Nous y voilà, ce cadre un peu plus strict, est il trop strict ou ne s’agit il justement pas du cadre nécessaire a ce que les enfants ne partent pas dans tous les sens ? Jamais je n’aurais pensé me poser la question, pensant que tout se jouait à la maison.

      Nous réalisons que dans la réalité cela est tout autre, l’enfant passe 6h par jour à l’école et le contexte dans lequel il évolue influe forcément sur son tempérament dans le reste du monde, y compris à la maison. Les deux doivent être en adéquation pour que cela fonctionne.

      Le côté économique de la chose, je dirait que même si c’est important ce n’est pas bloquant nous réduirons un autre budget pour couvrir celui ci, le bien être de nos enfants est ce qu’il y a de plus important à nos yeux.

      ll y a justement une idée reçue à dégommer, le tarif de l’école est basé sur le principe de la solidarité et est calculé en fonction du quotient familial, comme nous travaillons tous les 2 (hors congé parental de Maman) nous sommes plutôt dans le haut de la tranche de cotisation (66€/mois) mais pour les familles les plus modestes, c’est 13€/mois je ne trouve pas cela prohibitif.

      Après tout est question du sacrifice que l’on est prêt à faire pour nos petits bouts.

      Et aujourd’hui avec le recul et en étant Maman, comment tu vois le fait d’avoir été dans une école plus « dure » et privée ? Tu penses que cela t’a apporté quelque chose de plus ? Parce que lorsqu’on est ado on peut le vivre comme une punition il parait …

      Merci 😀

  2. 25 juin 2014 at 21 h 42 min

    Pour avoir choisi de passer ma vie avec une instite, voici le maigre apport que je peux te donner.
    L’état d’un enfant vis à vis de son école, de ses apprentissages dépend à 90% de la relation qu’il pourra avoir avec sa maitresse (ou son maitre hein, point trop de féminisme ^^ ).
    Si la relation lui convient, il sera heureux d’y aller et tout se passera bien.
    Mais pour qu’une relation se passe bien, il faut que chacun soit bien dans ses baskets, surtout l’instite.
    Une instite stressée, engluée dans les problèmes relationnels avec le reste de son équipe, et bien ça ne PEUT PAS bien se sentir. Et malgré toute la bonne volonté du monde, elle aura du mal à transmettre du bien être aux enfants si elle nage en plein stress.
    Devant ta situation (c’est fictif hein, comme chacun sait, la question ne se posera pas pour moi avant un bon moment), dans ta situation donc, je chercherais à voir dans quelle école les maitresses se sentent le mieux.
    Je fais exactement la même chose quand je cherche du taf aujourd’hui (ayant le luxe de pouvoir choisir mon employeur). Je ne vais pas voir celui qui me vante le mieux son truc ou celui qui paye le mieux (et non!!), mais je vais là où les gens me semblent tranquilles et bien dans ce qu’ils font.
    Si tu as de la patience et du calme, il n’y aura rien qui ne saurait être résolu.
    Et note que je n’ai absolument pas parlé de privé/publique là-dedans, seulement de personnes.
    /*Fin du pavé du soir

    @++

    PapaFiv

    • Mel
      26 juin 2014 at 7 h 41 min

      Je suis entièrement d’accord avec toi et me rend compte que toutes les personnes avec qui j’échange sur le sujet depuis hier sont unanimes sur le fait que l’environnement humain et pédagogique est bien plus important que le reste, et effectivement l’autre école (celle qui nous est imposée) est ancrée dans une ambiance délétère.

      Je n’avais pas pensé à « l’envie d’aller à l’école » nous n’avons jamais eu le problème parce qu’il a soif d’apprendre et jusque là des maîtresses parfaites (j’aime beaucoup les maîtres aussi :)) mais c’est vrai que c’est aussi une chose qui peut changer si il ne se sent pas bien à l’école.

      Tu verras, ces questions arrivent bien (trop) vite une fois que bébé est là 😉

      Merci beaucoup pour ton avis impartial 🙂

      @+

  3. 25 juin 2014 at 21 h 08 min

    Comme ça je dirais: tenter l’école publique pour qu’il reste avec les copains, voir ce que ça donne, et si vraiment c’est catastrophique passer au privé?

    • Mel
      25 juin 2014 at 21 h 12 min

      C’est ce que nous as dit le directeur du privé, le problème est aussi que ce sera hyper contraignant l’année prochaine quand Maël va rentrer, il sera dans une autre école (à cause de notre déménagement) et récupérer les 2 à midi relèvera de l’exploit.

      C’est pas tant un problème public/privé, nous avons demandé une dérogation pour une autre école publique mais nous ne l’avons pas obtenue, c’est vraiment cette école, qu’elle soit publique ou privée ne change pas grand chose.

      La distinction je la fait parce que dans le privé on nous a parlé de « projet scolaire » d’ « intérêt de l’enfant » des « valeurs de la famille », ces sont des choses qui nous parle et que nous ne retrouvons pas forcément dans la démarche du public.

      Même si je le redis, son école publique de maternelle était exceptionnelle !

      • 25 juin 2014 at 21 h 19 min

        Oui, j’ai bien compris que ce n’était pas le problème du public 😉 Je suis d’ailleurs d’accord avec toi: il y a des différences entre les écoles mais elle n’ont rien à voir avec « publique » ou « privée ». Il y a de très bonnes écoles privées et des écoles publiques moisies et vice versa (l’hémorragie de tes désirs…)
        Et oui, effectivement, ça risque d’être compliqué pour le midi… Donc je ne saurais que te dire :/

        • Mel
          25 juin 2014 at 21 h 23 min

          On va attendre le rendez vous avec la directrice de l’autre école mais pour le moment c’est plutôt 80/20.

          En plus il parait qu’il y a des tensions de fou dans l’équipe pédagogique, on va essayer de sonder cela par nous même 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *